/ rien

2 557 jours plus tard

Note de lecture : Cet article est la suite d'Untitled, publié en novembre 2015. Il s'agit d'un témoignage CW, qui parle de crimes sexuels sur mineur de quinze ans, trois ans après le premier témoignage.

31e09ce372c474feaac89b55ee7045df

Il y a sept ans, ma vie d’enfant s’est arrêtée. Le Loup que j’ai croisé sur mon chemin m’a pris mon innocence, il est parti avec, et m’a laissé pour mort. Le 5 juillet 2011, je n’étais plus qu’une âme meurtrie, pleine de tristesse, de colère, de haine et de dégoût. J’en voulais à la terre entière. Je m’en voulais à moi.
Fut un temps où j’aurais voulu mourir. Au fond de moi, je me suis convaincu que j’étais mort, et qu’il n’y avait plus d’espoir. La petite lueur censée briller au fond de mon cœur avait disparu. Je ne la sentais plus, je ne l’entendais plus. J’ai donc erré parmi les vivants, convaincu que je n’étais plus moi, mais une ombre à la détresse si grande qu’elle était contagieuse comme la peste, et mortelle comme le cancer. Je me suis haï jusqu’à ne plus en avoir de forces, convaincu que j’étais devenu le complice des crimes sexuels commis contre moi, jusqu’à ce que je la sente de nouveau. Cette petite lueur au fond de mon cœur. Elle n’avait pas disparu. Toutes ces années, à sa manière, elle m’avait aidé à tenir sans que je ne m’en rende compte.
Il y a sept ans, cet enfant dont je pensais avoir été témoin de l’assassinat avait en fait survécu.

48e61621ebf00506bef95fe3fa4c605f

Sept ans plus tard, j’ai compris que je me suis sauvé la vie. J’avais pensé si longtemps être en guerre contre moi-même. J’avais pensé si longtemps que deux entités vivaient en moi, dû aux déchirures tant psychiques que physiques que j’ai vécu cet été-là, que j’en avais perdu de vue l’évidence. Je me suis protégé d’un traumatisme indicible, alors que je suis resté seul toutes ses années.

Je peux enfin le dire.
Durant tout l’été 2011, et à compter du 5 juillet 2011, j’ai été violé, frappé et drogué par un prédateur sexuel.
J’ai été la cible d’un criminel, qui a abusé de son autorité sur un mineur de douze ans. Un mineur handicapé, sans défense, tétanisé par ce qui lui arrivait, et qui en a été ravagé pendant des années. Tout ceci s’est bel et bien passé, et j’aurai beau le nier pendant des années, j’aurai beau penser que je l’ai bien cherché, que je n’ai toujours été rien d’autre qu’un sale connard, ce n’est pas ça.
Je n’y suis juste pour rien.

En novembre 2015, j’ai posé par écrit tout ce que je ressentais. J’étais une source de rage alimentée par le chagrin, je ne pensais que du mal de moi. Je pensais être devenu un monstre, parce qu’on m’avait fait quelque chose de monstrueux.
Comme sur bien d’autres choses, je me suis trompé.

5b178cccde9c2a73d3ac70ddacf4f

Je suis un garçon homosexuel de dix-neuf ans, et je suis quelqu’un de bien.
Je suis quelqu’un d’intelligent, de cultivé et de responsable. Je suis aussi quelqu’un de lourd, avec un contact social anxieux et maladroit au possible. Je suis comme nous tous, quelqu’un d’exceptionnel tout en étant très ordinaire à la fois.

Je me suis accusé d’être un manipulateur mythomane sans scrupules parce que je ne voulais pas voir ce que j’étais vraiment. Je n’ai été en réalité qu’un garçon fragile avec une conscience résiliente et pugnace, qui a dû faire des choix pour le protéger de son adolescence et de ce qu’il avait vécu.
Je me suis accusé d’être toxique pour moi et pour les autres, d’être une salope dont le masochisme a été le stigma indélébile de ses viols. J’ai simplement pris plaisir à avoir mal en contrôlant la situation, en faisant en sorte de me réapproprier mes traumatismes ; en ne mesurant pas à quel point ils étaient dévastateurs, et donc en effrayant ceux qui n’avaient connu toute leur vie que le confort de ceux qui dorment bien la nuit.
Je me suis laissé modeler par ceux qui m’entouraient, je suis devenu le cauchemar ou le fantasme qu’ils voyaient en moi. Je n’ai pas su poser les bonnes limites, parce que quelqu’un avant eux, les avaient piétinées avant même que je ne sache me masturber.

tumblr_inline_mvgvp5GPSz1r4nr3ntumblr_inline_mvgvqql8Cz1r4nr3ntumblr_inline_mvgvq6BYSd1r4nr3n

Tout est différent maintenant. Ce témoignage que j’avais écrit n’était que le reflet du fait que pendant des années, j’ai ressenti en moi toute la peine du monde. Mais j’ai changé, et ce n’est pas le monde qui a changé.
J’ai compris des choses sur moi. J’ai été diagnostiqué autiste Asperger en décembre 2015. J’ai quitté les communautés toxiques que je fréquentais en 2016. J’ai refondé quelque chose de beau, un serveur Discord, en ayant trouvé quelqu’un de bien, un compagnon, capable de répondre devant ce que j’étais vraiment. Un garçon terrorisé, incapable d’être adulte, non parce qu’il était « une chienne en manque », mais un handicapé social sur lequel il a été commis des crimes inexcusables à la portée insondable.

Le 5 juillet 2018, j’ai enfin compris ce que je n’aurais jamais pu comprendre sans sortir la tête de l’eau. Sans avoir réalisé que ce n’était pas aux autres de me définir, mais à moi de me déterminer, pour comprendre qui j’étais, pour avoir ma propre lecture du monde, des rapports sociaux, et ce, sans ne plus jamais tolérer le jugement, la discrimination, le rejet comme je l’ai fait pour m’intégrer. Avec panache, on peut tout encaisser, mais alors, des cicatrices ne guériront jamais.

Maintenant, plus que jamais, je suis prêt à me dédouaner des responsabilités dont je porte le fardeau depuis le 5072011. Je n’ai été responsable de rien, je n’ai été le coupable de rien, je n’ai été l’instigateur de rien, je n’ai été le complice de rien, et j’ai été la victime d’un Loup, et je suis toujours là.

J’ai réussi à trouver une vie personnelle stable.
J’ai réussi à trouver une vie professionnelle stable.
Je suis à Sciences-Po, j’ai réalisé mon rêve d’intégrer cette école.
J’ai un petit-ami qui me protège, avec lequel j’ai une relation respectueuse de mes difficultés sociales, de mon handicap et de mes préférences sexuelles.
Je suis tombé malade, je suis devenu diabétique de type 1, et finalement c’est ainsi que j’ai aussi réalisé que j’étais vraiment vivant.

Je me maintiens en vie quotidiennement avec des aiguilles, qui injectent sous ma peau de l’insuline afin de réguler ma glycémie, afin de survivre au diabète.
On a tenté de me tuer quotidiennement avec du sperme, quand par le passé, on m’a éjaculé dessus et dessous.
Pourquoi je ferais ces injections si je ne voulais pas vivre ?

ezgif.com-gif-maker-4-

Alors, j’ai continué mon chemin. Je vois l’avenir en face, il est pour moi. Je partirai bientôt à Tokyo pendant un an, pour mes études supérieures.

Je vais découvrir le Japon.
Je vais vivre mes passions.
Je veux guérir, et voir le monde dans lequel je vis.
Je veux rester qui je suis, pour rien au monde je me changerai. Je suis fier d’être moi, de ce que je suis et du chemin que j’ai parcouru.

2 557 jours plus tard, je veux vivre.
2 557 jours plus tard, je me tiens face à mon passé, et je sais que la route sera encore longue, que rien n’est réglée, mais que je viens de faire un pas de géant pour l’accepter.
Pour que cette petite lueur d’espoir se transforme en flamme.

Pour m’en remettre définitivement, et pour enfin tourner la page.

tumblr_oqh4dpGzoP1qju6evo1_500

Merci à TheKinrar.
Merci à Salaï.
Merci à Picou.
Merci à Sakai.
Merci à Tesla Coil.
Merci à Saga.
Merci à Trollpixel.

2 557 jours plus tard
Partager

S’abonner à Asriel#0001